real-estate-tag-line

Désespoir et sérénité des Irakiens

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on VKShare on Tumblr

Il est difficile d’avoir une vue d’ensemble de la situation… les gens sont profondément traumatisés: ils ont tout perdu. souvent, ils ont dû fuir deux, trois et même quatre fois. Un jour un homme m’a confié : « au cours de ma vie, je n’ai vécu que quelques années dans la paix.

Quelques fois je voudrais ne jamais être né. »

J’essaie de me recentrer sur les bons souvenirs que je garde de cette région du monde. La plus belle image qui me vient en tête est celle de ce peuple qui, malgré des années de guerre, compte toujours  des hommes fiers et droits, des combattants, et surtout des hommes qui savent partager un morceau de pain autour du feu.

J’ai traversé ce pays meurtri par la guerre et par les ravages de l’idiotie de l’Homme à la conquête de l’Or Noir.

J’ai rencontré les tribus, et croyez-moi qu’elles soient Chiites, Sunnites ou Kurdes, ces hommes ont le même dieu et ils marchent sur les mêmes routes. J’ai passé une partie de ma vie avec eux et je ne peux que me rappeler de cette tristesse dans leurs yeux qui donne tant à réfléchir.

Pourtant, un soir de Noël, ils m’ont offert le plus beau cadeau qui soit : décorer un restaurant avec un bonhomme de Noël.

Un geste que je ne puis oublier quand l’on sait que quelques kilomètres plus loin, les bombes tombent et tuent leurs semblables…

La crise de l’Irak va certainement durer encore très longtemps…

Je dédie ce texte  à tous les Cheick de l’Iraq et aux peuples Irakiens et Kurdes. Je les remercie de m’avoir aimé et protégé en tant que membre de leur tribu. Je ne vous oublierai jamais.

Jean Marc Henry

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on VKShare on Tumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *