real-estate-tag-line

La violence est une voie sans issue

La violence ne mène à rien d’autre qu’à la violence. Elle abîme ceux qui l’exercent autant qu’elle abîme ceux qui la subissent. Elle nous rend bêtes. Elle est l’arme des impuissants : ceux à qui manque la connaissance, les arguments, la confiance en soi, le respect de soi, l’estime de soi. La Dictature est une chose qui nous oblige à baisser la tête, La dictature vient de la faiblesse de homme Une chose qui n’a rien d’humain, qui fait que tout s’arrête. Comme aveuglé d’une lumière malfaisante, L’homme devient agneau, et c’est le loup qui le hante ! Un loup sanguinaire, assoiffé de chaos, Qui ne sait que faire, à part brandir le couteau. Telle est la dictature, c’est le calme avant la tempête, Le vautour qui attend que sa proie ne se jette. Heureusement, la dictature n’est pas éternelle, Elle s’effondre, quand le peuple se relève. Et un peuple uni malgré les tabous Prendra sa revanche, détruira le loup. Votre Bourreau sera un jour votre serviteur.

Lire la suite

COUPABLE

COUPABLE L’Afrique se décompose, mais la gangrène ne reconnaît pas les frontières. J’ai compris que la douleur avait tant et si bien traumatisé mes soeurs, mes frères que ceux qui, de par leurs convictions intimes ne pouvaient se résoudre à devenir collabos d’un régime dictatorial et sanguinaire ont préféré joué à l’autruche avec leur chagrin. L’Afrique amorce une dérive sans précédent, et nous sommes là, à chercher des excuses pour nous voiler la face. Or, nous sommes tous coupables du malheur qui nous frappe, coupables d’avoir confié notre destin à des dictateurs, coupables d’avoir renoncé à nos responsabilités citoyennes, coupables d’avoir ramené nos voix à un vulgaire bulletin de vote truqué, persuadés ainsi d’avoir tout dit. Qui soutient un coupable de crime contre son peuple, se rend complice de son crime ! Pourtant, il est des choses qu’on ne dira jamais assez : «Ça suffit !»

Lire la suite

Un homme est mort

Un homme est mort Un homme est mort qui n’avait pour défense Que ses bras ouverts à la vie Un homme est mort qui n’avait d’autre route Que celle où l’on hait les fusils Un homme est mort qui continue la lutte Contre la mort contre l’oubli Car tout ce qu’il voulait Nous le voulions aussi Nous le voulons aujourd’hui Que le bonheur soit la lumière Au fond des yeux au fond du cœur Et la justice sur la terre Il y a des mots qui font vivre Et ce sont des mots innocents Le mot chaleur le mot confiance Amour justice et le mot liberté Le mot enfant et le mot gentillesse Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits Le mot courage et le mot découvrir Et le mot frère et le mot camarade Et certains noms de pays de villages Et certains noms de femmes et d’amies Ajoutons-y Péri Péri est mort pour ce qui nous fait vivre Tutoyons-le sa poitrine est trouée Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Lire la suite